Accueil des personnes migrantes : transmettre le français

Par Tous Bénévoles

[ CONSTAT ]

L’apprentissage du français, une nécessité pour l’autonomie des migrants

→ Un besoin d’apprentissage du français

Chaque année 200.000 étrangers s’installent en France pour des raisons professionnelles, familiales ou humanitaires (Insee 2012). Ces personnes ont besoin d’acquérir le plus vite possible une autonomie sociale et professionnelle, qui passe nécessairement par l’apprentissage du français. Face aux enjeux que pose l’accueil des personnes étrangères, la loi n°2016–274 du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France, entrée en vigueur le 1er novembre 2016, poursuit 3 objectifs principaux dont « mieux accueillir et intégrer ceux qui ont le droit de s’établir en France ». Cette loi vise aussi à simplifier le droit au séjour des étrangers en France et à réformer en profondeur le droit d’asile, notamment en réduisant les délais de traitement des dossiers dans les préfectures et à l’OFPRA par une meilleure répartition des demandes sur tout le territoire national.

Dans le cadre de cette loi, deux éléments font écho au projet porté par Tous Bénévoles : accueillir et intégrer, notamment en donnant accès à la langue et aux repères du pays d’accueil ; accueillir davantage dans les régions hors Ile-de-France, d’où une nécessité d’étoffer le maillage associatif et les compétences des bénévoles investis dans cette mission. Pour cela, depuis sa création Tous Bénévoles s’engage activement dans la formation des bénévoles. Pour faciliter les apprentissages, la notion de plaisir est mise au centre de la pédagogie dispensée : elle permet un renforcement de la motivation et des capacités cognitives. D’où l’importance de faire de la culture un support d’apprentissage. En ce sens, la culture devient un levier d’insertion sociale, car elle favorise la compréhension de l’Autre et le vivre ensemble permettant de faire société.

→ UN BESOIN De professionnalisation des acteurs associatifs

Le secteur associatif joue un rôle moteur dans l’accueil des personnes migrantes et dans l’enseignement du français, grâce à l’implication de milliers de bénévoles. L’enseignement du français est ainsi très majoritairement assuré par des associations de proximité, qui viennent compléter l’offre de l’Etat, qui propose un maximum de 200h pour les débutants. Cependant, l’enseignement ne s’improvise pas. Encore moins lorsqu’il s’adresse à des adultes qui font face à des situations d’urgence et qui ont besoin, grâce à la langue, d’acquérir rapidement une autonomie. Aujourd’hui, les associations n’ont pas les moyens de financer un poste salarié pour la coordination des actions linguistiques, qui permettrait de guider et de former davantage leurs bénévoles. Ces derniers sont donc souvent démunis et découragés face à la difficulté de leur mission. Ils ont besoin de soutien pour dispenser un enseignement de qualité.

[ ENJEUX ]

Outiller les bénévoles dans l’enseignement du français

Actuellement, l’enseignement du français pour les personnes accueillies en France repose essentiellement sur le secteur associatif. Ce sont ainsi des milliers de bénévoles qui s’engagent pour leur transmettre la langue du pays d’accueil. Toutefois, l’enseignement est un métier en soi qui requiert des outils, des formations et de la pédagogie. Pour répondre aux situations d’urgence des personnes arrivant en France, qui ont besoin de maitriser rapidement le français du quotidien, il est essentiel d’outiller rapidement les bénévoles engagés dans cet enseignement.

La maîtrise du français est un des enjeux principaux de l’intégration :

  • accès aux démarches administratives ;
  • création de lien social ;
  • participation à la vie économique ;
  • découvertes et échanges culturels…

 

[ SOLUTIONS ]

Des actions de formation et des outils adaptés

Pour accompagner au mieux les bénévoles dans leurs démarches de transmission du français, l’association Tous Bénévoles a développé le Programme AlphaB, pôle dédié à la formation des bénévoles engagés sur cette thématique. 

→ Solution 1 / Un programme de formation progressif

Nous proposons un programme de 17 formations, allant de 1 à 3 journées. Ce programme permet de former plus de 200 personnes chaque année. Il serait nécessaire de le développer encore pour pallier tous les obstacles rencontrés par les bénévoles dans leur démarche.

Quelques exemples de thèmes abordés :

  • L’enseignement de la lecture et de l’écriture à un public adulte
  • La communication orale et correction phonétique
  • La méthodologie d’enseignement du français aux migrants
  • Les pratiques théâtrales dans l’enseignement du français
  • L’interculturel : accueillir la culture de l’Autre et transmettre les codes du pays d’accueil
  • La mise en place d’un volet culturel et citoyen dans les ateliers de français

 

→ Solution 2 / Des guides pratiques, véritables boîtes à outils

En parallèle des formations, nous développons une collection de Guides pratiques, réalisés en coopération étroite avec des acteurs de terrain. Ces ouvrages permettent de mutualiser les bonnes pratiques sur des thématiques spécifiques.

Dans le cadre de l’enseignement du français, il nous semblait urgent de répondre aux besoins de formations et d’outils des bénévoles. Ainsi nous avons réalisé Le guide du bénévole pour l’alphabétisation (français langue étrangère et lutte contre l’illettrisme). Ce guide formatif est une véritable boite à outils qui permet d’apporter à tous les bénévoles les moyens d’assurer une mission de qualité auprès des personnes accompagnées. Nous avons également créé Le guide de la médiation culturelle dans le champ social,  qui apporte conseils et illustrations d’actions culturelles utilisées à des fins d’apprentissage ou de levier d’insertion sociale.

Ces guides sont de véritables kits pédagogiques pour tous les bénévoles qui se lancent dans l’accompagnement de personnes migrantes.

 

EN SAVOIR PLUS SUR TOUs bénévoles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *