Les associations étudiantes pour le développement durable

par la FAGE

[ CONSTAT ]

Une situation climatique alarmante, mais une implication des jeunes croissante

Aujourd’hui, de nombreux signaux nous alertent sur l’évolution actuelle du climat : montée des eaux, augmentation du nombre d’épisodes climatiques extrêmes, diminution de la masse des nappes glaciaires, etc. Le GIEC (le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) dans son cinquième rapport précise que, si rien n’est fait, la Terre connaîtra une augmentation de température de 4.8°C en 2100 par rapport à la période 1986-20051.

Or, aujourd’hui, malgré la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’un certain nombre de pays, il n’est toujours pas possible de réduire significativement la hausse des températures à l’échelle mondiale. De plus, l’accord de Paris (visant à limiter l’augmentation à 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle) n’est toujours pas ratifié par l’ensemble des pays et les États-Unis (deuxième émetteur mondiale de GES) s’est retiré de l’accord en 2017.

Dans le même temps, la société civile s’est emparée de ces questions. Au cours des dernières décennies, de plus en plus d’organisation ont mis à leur agenda les enjeux de développement durable. Plus que les organisations, il s’agit désormais des citoyen·ne·s qui se saisissent de ces questions, et au premier plan de ceux·elles-ci les jeunes, en témoigne l’étude récente du REFEDD montrant que 75% des étudiant·e·s sont intéressé·e·s par le développement durable2.

Parallèlement à cette prise de conscience, on constate que les jeunes s’engagent de plus en plus. En effet, le baromètre édité par la DJEPVA en 2016 nous montre que les jeunes (18-24 ans) s’engagent de plus en plus bénévolement (en 2016, 35% des jeunes ont donné du temps bénévolement contre 26% en 20153).

[ ENJEUX ]

Une nécessaire mobilisation des associations au service d’engagements et d’actions concrètes

Dès lors, que pouvons-nous faire, en tant qu’association de jeunes, pour répondre aux enjeux du réchauffement climatique en impliquant les jeunes ? Il n’est plus possible, aujourd’hui, de conserver les mêmes émissions de GES. Par conséquent, la mise en place d’actions de la part de l’ensemble des acteurs apparaît comme un élément incontournable dans la lutte contre le changement climatique.

Tout d’abord, il est du devoir des associations, et en particulier des associations étudiantes, de répondre aux enjeux climatiques en développant des réponses innovantes et efficaces. En effet, le public des associations étudiantes étant jeune, il s’agit d’un public qui, s’il est sensibilisé, le restera pour le reste de sa vie. Il est donc essentiel de permettre à l’ensemble des étudiant·e·s de s’impliquer et de mener des projets de lutte contre le changement climatique.

Ces actions sont d’autant plus impératives que, afin de réduire les émissions de GES, la participation de toutes les parties prenantes est nécessaire. Cette participation implique à la fois des engagementCharte d’engagement FAGE 2017-2018  Rapport Bilan Carbone© FAGE s forts, mais également des actions concrètes. En partant de ces deux propositions, il apparaît évident que les associations étudiantes doivent à la fois faire preuve de pédagogie en expliquant les enjeux liés au développement durable, mais également faire preuve d’exemplarité en mettant en œuvre les principes connexes.

Partie prenante de l’économie sociale et solidaire et agissant dans une démarche d’éducation populaire, les associations étudiantes sont les plus à même de mener des actions de pairs à pairs auprès des étudiant·e·s et ainsi engager un changement profond dans les pratiques et les consciences de chacun·e. Ces transformations ne se feront pas sans des outils adaptés pour faciliter la mobilisation des étudiant·e·s.

[ SOLUTIONS ]

Des outils facilitant la prise de conscience et la mise en œuvre d’actions au sein des associations étudiantes

Afin de permettre une mobilisation effective des associations étudiantes, la FAGE a co-construit avec elles différents outils mis à leur disposition :

  • La charte d’engagements des associations étudiantes en faveur du développement durable :

Depuis plusieurs années, la FAGE propose aux associations étudiantes de signer une charte regroupant treize engagements ayant trait aux différentes dimensions du développement durable. Cette charte, signée par la majorité des membres de la FAGE, permet aux associations étudiantes d’impulser de nouvelles pratiques de durabilité ainsi que de valoriser leur démarche de développement durable. De plus, une charte commune à l’ensemble des associations étudiantes permet d’adopter une définition commune de ce qu’est le développement durable et constitue ainsi une première étape pour l’engagement des associations étudiantes vers plus de durabilité.

Signature de la charte d’engagements par les fédérations membres de la FAGE. ©FAGE

 

  • Le guide technique des associations étudiantes en faveur du développement durable :

Afin de faciliter le passage à l’action, chaque signataire de la charte d’engagements précédemment citée reçoit également un guide technique présentant divers outils qu’il est possible de mettre en place au sein de son association. Ce guide recense à la fois des actions visant à réduire l’empreinte environnementale de l’association, des outils et méthodes de sensibilisation ainsi que divers éléments permettant de construire un plaidoyer sur les sujets climatiques.

Ce guide, en permettant aux associations de se mobiliser autour des enjeux du développement durable, ouvre des possibilités et a comme ambition de susciter l’engagement des associations et l’émergence de nouvelles actions en leur sein.

 

Couverture du guide technique des associations étudiantes en faveur du développement durable. © FAGE

 

  • Le Calculateur Carbone libre des organisations étudiantes (CCloé):

CCloé est un outil permettant aux associations étudiantes de calculer leur Bilan Carbone©. En effectuant ce calcul, les associations étudiantes peuvent, au travers d’un questionnaire, établir un panorama de leurs principaux postes d’émissions de GES. Cet état des lieux permet, dans un second temps, de définir les domaines dans lesquelles une action de réduction de leurs émissions de GES serait la plus profitable.

En impliquant directement les associations étudiantes dans le calcul de leurs émissions de gaz à effet de serre, CCloé permet à la fois une montée en compétence des militant·e·s associatif·ve·s, mais également une visualisation de l’impact des activités associatives.

 
→ Charte d’engagement
→ Rapport Bilan Carbone© 2016 de la FAGE
→ EN SAVOIR PLUS SUR LA FAGE

 


  • 1. Cinquième rapport du GIEC, 2015
  • 2. REFEDD, « Les étudiant.e.s et le développement durable », consulation nationale étudiante, 2017
  • 3. CREDOC, Baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2017, Lucie Brice, Radmila Datsenko, Nelly Guisse, Sandra Hoibian et Sophie Lautié en collaboration avec l’INJEP, INJEP Notes & rapports/Rapport d’étude, novembre 2017.
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *