Commerce équitable et droits humains

Par la Fédération Artisans du Monde

[ constat ]

Accroissement des inégalités

A ce jour, nous sommes loin des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD, relayé fin 2015 par l’ONU). Mal développement, inégalités croissantes, convergence des crises économiques, sociales, environnementales, financières touchent tous les pays. L’urgence climatique est bien plus qu’une menace et touche aujourd’hui les populations les plus marginalisées de la planète, creusant un peu plus les inégalités. Ces inégalités sont mises en lumière par les différents rapports du PNUD ou d’Oxfam qui montrent leur accroissement chaque jour plus inacceptable. Les épisodes dramatiques de l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013 ou des catastrophes climatiques nous rappellent cet état de fait sans pour autant pointer les causes profondes de ces désastres humanitaires.Pourtant les richesses produites n’ont jamais été aussi importantes. En fait, l’accroissement des échanges internationaux s’est fait au mépris des droits humains. Il s’est construit sur la recherche permanente du moins disant social, plaçant les travailleurs et travailleuses du monde comme variable d’ajustement en vue d’obtenir plus de gains de productivité. Derrière des objectifs affichés de baisse des prix aux consommateurs se sont en fait cachées les augmentations des marges des intermédiaires et distributeurs.

Ainsi, le commerce mondial et les échanges stimulés par les politiques de libéralisation ont largement orienté nos modes de production et de consommation. Ils les ont orientés vers des choix économiques de court-terme aux conséquences graves pour la majorité de la population mondiale :

  • dégradation du niveau de vie et des conditions d’existence des producteurs  dans les pays du sud (malnutrition, pauvreté, éducation, etc.) et plus récemment aussi dans les pays du nord (délocalisation, chômage de masse, revenus en baisse, etc.) ;
  • pollution de la planète et aggravation du réchauffement climatique par les modèles agricole et industriel de production.

 

[ ENJEUX ]

Réévaluer les droits humains et environnementaux au travers du commerce équitable

Dans ce contexte, nous sommes donc face à un triple enjeu : éradiquer la pauvreté, réduire les inégalités et préserver les ressources de notre planète. Les transitions économiques, sociales, écologiques et démocratiques vers des sociétés justes et équitables sont devenues une ardente nécessité.
Nous devons collectivement réévaluer les objectifs du développement que nous voulons à la lumière de ces enjeux et remettre la priorité sur le respect des droits humains et environnementaux. Jusqu’à présent, le développement humain, objectif initial des organisations internationales, s’est petit à petit transformé en développement économique et en croissance destinés à maximiser les profits. Il est temps de replacer les droits humains et environnementaux au cœur des objectifs de développement et de faire de leur poursuite non pas une option sociétale volontaire mais un cadre contraignant.

Il s’agit pour cela de :

    • Rendre la primauté des objectifs de droits humains sur les droits économiques,
    • Réguler les agissements des acteurs économiques et notamment des entreprises multinationales par des actions collectives,
    • Promouvoir et soutenir des modes de production, de distribution et de consommation soutenables. C’est le commerce équitable.

 

[ SOLUTIONS ]

Le commerce équitable au profit du monde paysan

Acteur destiné à favoriser le commerce équitable, la Fédération des Artisans du Monde a pour but d’animer et de développer de façon cohérente les actions du réseau Artisans du Monde.

  • Elle appuie directement ses membres en organisant des formations, en les conseillant dans de nombreux domaines et en concevant des outils pédagogiques et des supports de communication.
  • Elle définit et impulse les orientations stratégiques de l’ensemble du réseau.
  • Elle représente l’ensemble des associations locales auprès des pouvoirs publics, des producteurs partenaires du Sud, de Solidar’Monde (la centrale d’importation des produits vendus dans les magasins Artisans du Monde) et des différents réseaux et collectifs d’associations.

Son action s’inscrit dans le développement du commerce équitable.

Le commerce équitable porté par de nombreuses associations et acteurs économiques a démontré qu’il pouvait être un outil pertinent pour améliorer les conditions de vie des artisans et paysans du sud, par un appui structurant et une relation commerciale équitable et solidaire. C’est aussi un outil de sensibilisation et de mobilisation pour la construction d’un monde plus juste en encourageant des changements dans les modes de production et de consommation, et une évolution des règles et des pratiques du commerce international.

Quoi qu’encore modestes, rapportés à l’ensemble des flux, les chiffres dans le monde disent un chiffre d’affaires de 6 milliards d’euros recouvrant 30 000 références consommées dans 70 pays consommateurs. Plus de deux millions de producteurs et travailleurs en Afrique, Asie et Amérique Latine, 1 400 organisations professionnelles (coopératives, associations…) dans 75 pays. Avec leurs familles, ce sont environ dix millions de personnes qui bénéficient du commerce équitable à travers le monde.
Concernant la France, le commerce équitable a généré en 2016 un chiffre d’affaires de plus de 660 millions d’euros (contre 94 millions en 2004). 

Les ONG de solidarité internationale relayent des mobilisations citoyennes de millions de personnes pour informer et dénoncer des lois, accords commerciaux qui vont à l’encontre de ces principes.

 

En savoir plus sur la fédération des artisans du monde

 

Télécharger la contribution au format PDF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *