Une écoute pour briser l’isolement

Par SOS Amitié La Rochelle

[ CONSTAT ]

Des détresses qui s’expriment au quotidien

Les bénévoles de notre association « SOS Amitié La Rochelle » ont reçu 13 284 appels téléphoniques au cours de l’année 2016. Ces appels à l’aide proviennent pour 40 % de personnes qui souffrent d’isolement, de solitude insupportable, pour 23 % de personnes en difficulté psychologique, pour 19 % de personnes en difficultés relationnelles, pour 2,8 % de personnes en crise suicidaire.

Au niveau national l’observatoire fédéral des souffrances psychiques relève 670 000 appels en 2015 dont 50 % évoquent précisément cette souffrance psychique et souligne la montée des états d’angoisse ou des situations de violence subie.

Les actualités quotidiennes font trop souvent état des situations subies par les individus dans leur vie personnelle, que ce soit la solitude des personnes fragiles, que ce soit la mise à l’écart des personnes sortant des standards sociaux, que ce soit les dépressions et les burn out, que ce soit aussi parfois les suicides, ceux des employés comme ceux des patrons.

La santé mentale est pourtant un sujet pris en compte par nombre de professionnels mais le constat est cependant celui d’un monde qui trop souvent se sent mal.

[ ENJEUX ]

Pour un contexte social davantage respectueux

Le constat de l’influence du contexte social sur la qualité de vie des citoyens et ses conséquences économiques sur la nation souligne le besoin d’une évolution visant au progrès social.

Il s’agit de rétablir une qualité de vie, de bien être ,propice aux réalisations personnelles, à la motivation et l’engagement individuel dans les actions, à la fierté de participer à une œuvre utile et collective.

Il s’agit d’éviter entre autres les états dépressifs, les maladies psychosomatiques, et de contribuer à une meilleure santé mentale de la population.

Il s’agit d’accepter les différences, d’adopter un mode de bienveillance, de concourir à un monde encore plus humaniste.

Il s’agit de donner confiance aux jeunes, de les armer pour l’avenir, leur avenir personnel et notre avenir collectif.

Il s’agit encore d’œuvrer pour sauver des vies, d’éviter ces désastres de suicides qu’on a toujours bien du mal à comprendre et sur lesquels certains silences pesants traduisent notre incapacité à les affronter et à pouvoir les anticiper.

[ SOLUTIONS ]

Développer des écoutes bienveillantes

Le poste d’écoute de La Rochelle fonctionne depuis 1982 avec aujourd’hui une trentaine d’écoutants environ. Il s’intègre dans une fédération nationale reconnue d’utilité publique par décret du 15 février 1967 et regroupant 45 postes locaux et environ 1600 écoutants.

Chaque appel pris contribue à reconnaître les individus dans ce qu’ils sont, dans ce qu’ils ont de plus intime, à desserrer leurs angoisses. Chaque écoute participe à redonner à chacun l’opportunité de mobiliser ses propres capacités pour rétablir un équilibre psychologique suffisant pour traverser les épreuves douloureuses, qu’il s’agit de conflit relationnel, de séparation, de deuil, d’envies d’en finir. Les écoutes téléphoniques sont complétées par des écoutes par chat, qui touchent plus facilement les jeunes ainsi que par des échanges par messagerie. Ces modes d’écoute, développés plus récemment, sont en cours d’élargissement.

Les bénévoles qui ont choisi d’entrer dans cette action offrent une grande disponibilité . Leur présence effective à l’écoute est de 70 % du temps, chaque jour de l’année, y compris les jours fériés, et à toute heure, de jour comme de nuit, car la détresse ne choisit pas son heure pour s’exprimer.

Le parti pris de l’anonymat et de la confidentialité procurent une neutralité qui ouvre un espace d’expression de tout ce qui ne peut se dire dans la vie courante, de ce qui a même parfois bien du mal à être dit auprès du corps médical que ce soit par pudeur ou bien par peur de se faire emporter dans des parcours de soin contraignants.

Ceux qui écoutent ont développé une réelle compétence résultant à la fois d’une formation initiale appropriée, d’une expérience pratique et d’une supervision mensuelle par des psychologues professionnels. La mise en œuvre quotidienne de la non directivité laisse à ceux qui appellent l’occasion de mobiliser leurs propres capacités pour inventer leur solution.

Aujourd’hui SOS Amitié intervient en partenariat avec la Belgique et d’autres associations pratiquent aussi des écoutes bienveillantes. Pourtant SOS Amitié ne peut répondre qu’à un appel sur 4 et ne prendre par chat qu’un appel sur 10.

Pour élargir l’action plusieurs actions stratégiques sont envisagées :

  • conforter les écoutes téléphoniques pour garantir le renouvellement des écoutants qui tournent un peu rapidement, les fidéliser, les valoriser ;
  • former des écoutants au chat pour élargir le champ d’ouverture qui n’est actuellement que de 13h à 1h ;
  • contribuer au partage de savoir-faire avec d’autres intervenants bénévoles ou professionnels ;
  • se faire mieux connaître du public et des institutions pour tout à la fois améliorer notre notoriété et pour satisfaire nos besoins financiers garantissant notre action humaniste.

 

EN SAVOIR PLUS SUR SOS amitié la rochelle

 

Télécharger la contribution au format PDF

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *