Faire ensemble pour accompagner les chercheurs d’emploi

Par Solidarités nouvelles face au chômage

[ CONSTAT ]

L’engagement citoyen de l’entreprise : une nécessité

« Une entreprise ne peut se développer dans un environnement malade », déclarait, il y a 20 ans déjà, Claude Bébéar, alors président d’Axa. Jacques Rigaud travaillait alors, de son côté, à la loi sur le mécénat, visant notamment à favoriser l’engagement d’entreprises sur des projets d’intérêt général.

Plus récemment, la déléguée de la Fondation ADP rappelait que  « la notion d’engagement citoyen du secteur économique devient incontournable et l’ouverture à la société civile via le mécénat pousse l’entreprise à redéfinir son rôle dans la société. En témoigne le nombre d’entreprises qui créent leur fondation et s’associent de plus en plus au secteur associatif afin de répondre à leurs enjeux stratégiques respectifs ainsi qu’à des enjeux territoriaux partagés qui relèvent de l’intérêt général ».

À Solidarités Nouvelles face au chômage, nous constatons depuis de nombreuses années que les tensions entre les insiders et les outsiders ne cessent de se développer.

Il y a quelques jours encore,  le DRH  d’un grand groupe de l’agroalimentaire nous indiquait que les salariés peuvent désormais, s’ils le souhaitent, ne plus vivre « que dans un entre soi », sans plus jamais rencontrer le monde extérieur.

[ ENJEUX ]

Contre la fracture entre insiders et outsiders

Est ce réellement la société que nous souhaitons, où certains ne quitteraient leur domicile que pour rejoindre un lieu de travail aseptisé (où même les fenêtres ne s’ouvrent plus sur l’extérieur), et le soir venu reprendraient leurs véhicules pour rentrer chez eux, récupérer leurs courses livrées automatiquement ?

Souhaite-t-on un monde où les insiders partagent, le week end, des repas conçus à leurs domicile par des chefs étoilés tandis que des outsiders, en fin de droits, vivraient reclus, isolés, victimes d’addictions, faisant face, seuls, à de terribles difficultés familiales pouvant les mener jusqu’à l’auto-destruction ?

Est-ce bien cette société bienveillante et fraternelle tellement évoquée que nous souhaitons ?

[ SOLUTIONS ]

Rendre l’engagement citoyen de l’entreprise très concret

À Solidarités nouvelles face au chômage, près de 2500 bénévoles formés, actifs ou retraités, hommes et femmes, accompagnent en binôme dans des lieux neutres 3500 chercheurs d’emploi avec pour seul objectif de recréer du lien social, de l’espoir puis de la confiance.

Pour une centaine d’entre eux, l’association, sur ses fonds propres issus uniquement de la générosité publique, crée des emplois. Des emplois qui viennent encore renforcer les résultats obtenus par l’association : 2/3 des personnes accompagnées trouvent une issue positive à leur recherche d’emploi dans les 9 mois

Cet engagement bénévole est un réel engagement citoyen où chacun, au-delà de la fraternité commémorielle nécessaire, souhaite vivre et bâtir cette fraternité humaine encore trop manquante dans notre société. Celle-ci se construit à trois niveaux : d’abord avec la personne en recherche d’emploi accompagnée, puis au sein du  binôme de bénévole qui l’accompagne, enfin avec une douzaine d’autres bénévoles du territoire.

En effet,  puisque chaque mois ils font le point au sein d’un des 200 groupes locaux de l’association et cherchent ensemble une solution pour la personne accompagnée. Finalement la personne n’est plus accompagnée par un seul bénévole mais par la société dans son ensemble. Elle n’est plus seule.

C’est aussi afin de favoriser le lien entres les personnes ayant un emploi et celles n’en ayant pas que nous créons des groupes de salariés-citoyens au sein d’entreprises qui nous accueillent. Au-delà de l’outil managérial que constitue ces activités bénévoles de salariés, nous pensons qu’au travers de ces actions il s’agit de permettre aux communautés de salariés de retisser des liens avec un environnement trop souvent ignoré, et de permettre au chercheur d’emploi de reprendre contact avec le monde de l’entreprise, avec ses codes.

Ces actions partenariales sont bien créatrices de passerelles, de liens retissés, et finalement éléments de reconstruction d’une société apaisée. N’y a t il pas là un enjeu majeur pour notre société tellement fragmentée ?

Certains penseront que c’est là le rôle de l’État. Si  l’État peut avoir un rôle de facilitateur et régulateur d’engagements, il appartient à chacun sur son territoire de s’engager pour cette fraternité en action,  individuellement et collectivement , dans une dynamique partenariale basée sur le respect des identités et rôles respectifs.

EN SAVOIR PLUS SUR solidarités nouvelles FACE AU chômage

Télécharger la contribution au format PDF

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *