Formation tout au long de la vie : quelle vision européenne ?

Par Lifelong Learning Platform

[ CONSTAT ] 

La formation tout au long de la vie aujourd’hui

En 2005, cinq organisations créaient Lifelong Learning Platform à Bruxelles. Les fondateurs étaient issus de l’éducation des adultes, de l’éducation non formelle, de l’enseignement, de la formation professionnelle, de l’action sociale.

La plateforme regroupe aujourd’hui plus de 40 réseaux de tous les secteurs de l’éducation et de la formation tout au long de la vie : éducation formelle, éducation non formelle, insertion sociale et professionnelle, éducation des adultes, associations de jeunesse, associations de parents d’élèves, coordination de régions et de collectivités territoriales, universités…

La plate forme publie des « policy papers » sur les thèmes de la formation tout au long de la vie et participe au « lobby » quotidien en direction des institutions européennes. Un site internet regroupe toutes les publications de la plateforme (la langue de travail est l’anglais).

La plateforme collabore avec d’autres regroupements de la société civile européenne : Forum Civique Européen, Civil society Europe, SOLIDAR, plateforme sociale, Concord, Forum Européen pour la jeunesse.

Au moment de la création de la plateforme, les institutions européennes lançaient des consultations sur les compétences de base en éducation formelle et non formelle. L’éducation ne faisant pas partie des compétences de l’Union européenne, celle-ci pour autant, était citée régulièrement dans différents documents. La  stratégie de Lisbonne parlait de la société de la connaissance.

Devant les montées du chômage et notamment de celui des jeunes, l’éducation était interrogée sur son adaptation au marché intérieur et aux évolutions des emplois. Aux compétences de base, se rajoutaient les compétences entrepreneuriales et l’ensemble des outils vers l’employabilité. Peu à peu dans les dix dernières années l’éducation comme outil vers l’emploi s’est imposée comme un discours récurrent et majoritaire européen. Et ceci d’autant plus facilement, que l’éducation est le domaine réservé des États membres.

Par ailleurs les interventions européennes en matière de formation tout au long de la vie étaient et sont limitées à des programmes mis en œuvre par certaines directions générales de la Commission européenne. Erasmus + et ses déclinaisons jeunesse, formation, sport ou les programmes du type Horizon 2020 sont malgré tout faibles au regard des besoins réels dans l’Union européenne.

Vue de l’Europe ou vue des États membres la formation tout au long de la vie peut être un élément central du développement des individus autant dans leur vie personnelle que professionnelle ou bien celle-ci peut être pensée comme un marchepied vers une adaptation au monde de l’entreprise et aux défis des emplois dans les années à venir.

 

[ enjeux ]

Le financement

Les défis pour l’emploi sont immenses : mondialisation et adaptation aux nouveaux emplois, révolution numérique, émergence de nouveaux métiers et de nouvelles capacités professionnelles, certitude assumée par le plus grand nombre d’une fragilité des filières professionnelles et donc d’une adaptation permanente et dans des laps de temps limités aux exigences des marchés.

Devant ces défis, la tentation est grande de contraindre la formation tout au long de la vie de s’adapter à la précarité des situations sociales : insertion sociale et professionnelle, formation d’adaptation aux nouveaux outils du monde du travail, émergence de nouvelles compétences professionnelles ou disciplinaires.

Un enjeu fort est sur le financement des processus d’éducation et de formation. Qui doit payer ? Les États, les entreprises, les secteurs privés, les personnes elles-mêmes. Les systèmes éducatifs de base relèvent encore des États, mais qu’en est-il de la formation professionnelle, de la formation continue ?

 

[ SOLUTIONS ]

Que faire demain ?

Lifelong Learning Platform a deux ambitions centrales.

  • Tout d’abord nous voulons être un interlocuteur majeur des institutions européennes pour défendre une vision holistique de l’éducation. S’intéresser à un secteur sans prendre en compte les enjeux et les réalités des autres secteurs est dangereux. Il doit exister une cohérence entre les approches des Universités, de l’éducation non formelle comme de l’éducation des adultes. Ceci est d’autant plus vrai qu’aujourd’hui les études PISA ou PIAAC ou enfin les recherches de l’OCDE montrent ces convergences d’intervention.
  • La deuxième ambition est de renforcer les partages d’informations et d’actions entre tous les acteurs de l’éducation et de la formation tout au long de la vie. Associations d’étudiants ou de parents d’élèves montent des projets avec des Universités ou des animateurs ou des travailleurs sociaux pour apporter des réponses modestes mais indispensables aux défis du moment. Certains projets sur l’inclusion sociale des réfugiés ou sur comment permettre aux personnes les plus éloignées de l’éducation de se former, sont montés par la plateforme. Les exemples pratiques sont partagés sur le site internet ou lors des conférences annuelles du réseau.

Ce dont nous sommes sûrs c’est que les systèmes éducatifs de nos différents pays européens sont limités, s’ils ne traitent qu’un aspect des enjeux. Pour vivre les défis à venir, des parcours diversifiés et personnalisés pour les citoyens du continent doivent être mis en place. Les réponses seront dans la vision holistique que nous souhaitons.

Nous sommes aussi persuadés que l’échelle du pays est trop petite, que les systèmes et les processus doivent se penser du local à l’européen (voire l’international). L’articulation entre ces deux niveaux doit être renforcée. La mobilité alors aura du sens. Non pour répondre aux exigences du marché uniquement mais pour aller vers une société plus inclusive et ouverte

Nous le répétons depuis onze ans, date de la création de la plateforme, le lien entre éducation, justice sociale et droits sociaux est indispensable pour aller vers une société européenne inclusive. Renforcer le marché intérieur et la libre circulation des marchandises et des capitaux, sans réfléchir et agir pour la formation tout au long de la vie est inutile est dangereux. Cela nécessite une concertation enfin pour mettre les moyens en face de ces besoins.

 

Contribution rédigée par David Lopez, responsable pôle international et Europe de la Ligue de l’enseignement, Président de Lifelong Learning Platform (Bruxelles)

 

→ En savoir plus sur Lifelong Learning Platform

 

Télécharger la contribution au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *