Lutter contre l’obsolescence programmée

par HOP

Halte à l’obsolescence programmée

 

[ CONSTAT ]

Des produits conçus pour ne pas durer

L’obsolescence programmée est un concept imaginé depuis les années 1930 et qui s’est développé dans les années 1960. Elle consiste en la diminution de la durée de vie d’un objet en vue d’en accélérer le renouvellement. Le but est de dynamiser la croissance économique artificiellement, l’écoulement des stocks et le renouvellement illimité des biens.

L’obsolescence peut être mise en place par différentes stratégies aujourd’hui très répandues :

  • l’obsolescence technique, dite aussi fonctionnelle ou structurelle : lorsque le bien ne fonctionne plus en raison de la durée de vie limitée de l’un de ses composants essentiels et inamovibles ; on parle aussi d’obsolescence indirecte lorsque les pièces de rechange ou de remplacement sont rendues inaccessibles ou retirées du marché (par exemple, la carafe en verre de la cafetière n’est plus commercialisé) ;
  • l’obsolescence esthétique, dite aussi psychologique ou culturelle : lorsque le professionnel commercialise en peu de temps de nouveaux produits vantés comme plus performants dans les campagnes promotionnelles, rendant les précédents démodés et obsolètes (par exemple, une entreprise dispose déjà de nouvelles avancées technologiques qu’elle réserve à son prochain produit qui sera commercialisé seulement quelques mois plus tard).
  • l’obsolescence logicielle : il s’agit du renouvellement des logiciels, dans les smartphones ou ordinateurs par exemple. Elle recouvre plusieurs techniques : l’obsolescence perçue via une campagne marketing visant à rendre indispensable la nouvelle version du logiciel et totalement has been l’ancienne ; la limitation de la durée de support technique par rapport à la durée d’utilisation réelle ; ou encore l’incompatibilité de format entre ancienne et nouvelle version du logiciel.

Les consommateurs en subissent l’amère expérience avec de nombreux objets du quotidien comme par exemple les collants, parapluies, ordinateurs, smartphones, imprimantes, lave-linge, grille-pain…

 

[ ENJEUX ]

L’obsolescence programmée soulève des problèmes majeurs

un impact écologique insoutenable

L’obsolescence accélérée engendre une production exponentielle de déchets. La durée de vie du produit étant réduite, tout le cycle de vie est impacté, entraînant plus d´extraction de matières premières, d’énergie, de pollution et de déchets.

Or, un européen consomme 43 kg de ressources par jours, contre 10 pour un Africain. Avec un taux de croissance annuel de leur production primaire de 2%, les réserves de cuivre, plomb, nickel, argent, étain et zinc ne dépasseraient pas 30 années, l’aluminium et le fer se situant entre 60 et 80 ans (estimation faite par l’OCDE). Si nous nous concentrons sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) massivement générés par l’obsolescence programmée, nous constatons qu’ils ont progressé de 32% en cinq ans et pourraient atteindre 50 millions de tonnes en 2018, d’après l’université des Nations unies. Actuellement, chaque citoyen européen produit environ 14kg de ce type de déchets par an.

C’est donc en changeant les modes de production, en incitant à l’allongement de la durée de vie des produits neufs et en promouvant la réparation ou le réemploi, que l’on pourra réduire l’empreinte écologique.

frustration sociale et pouvoir d’achat

92% des personnes interrogées se disent « convaincues que les produits électroménagers ou high-tech sont volontairement conçus pour ne pas durer ».

Nombreux sont les consommateurs qui ont déjà fait l’expérience de l’obsolescence programmée. En plus de pénaliser le pouvoir d’achat des consommateurs, obligés de changer leurs appareils pour en racheter de nouveaux, l’obsolescence programmée engendre un sentiment de frustration et d’aliénation.

L’obsolescence programmée est aussi la cause indirecte de conditions de travail très difficiles pour les sous-traitants, notamment dans les pays dits « en voie de développement ». En effet, la réduction de la durée de vie des biens s’accompagne d’une réduction des coûts de production qui pèse sur les employés.

Pour finir, l’obsolescence programmée promeut des comportements de consommation insoutenables et institutionnalise chaque jour un peu plus une culture du jetable.

vesr un modèle économique durable et innovant

Les contraintes écologiques et sociales poussent les modèles économiques à innover afin de répondre à l’attente des consommateurs de produits de meilleure qualité et réparables, ainsi qu’à une logique d’économie circulaire et collaborative, plus sobre, moins coûteuse en énergie et ressources naturelles. Produire et vendre autrement est vecteur d’emplois, d’activité rentable pour les entreprises. Certaines marques commencent à mettre en place de nouveaux produits plus durables ou changent leur service après-vente afin de lutter contre l’obsolescence programmée et se démarquer pour mieux satisfaire leurs clients.

HOP privilégie deux méthodes pour contribuer à ce changement : sensibiliser à la problématique de l’obsolescence et mener des actions d’influence des lois et industriels.

 

[ SOLUTIONS ]

Fédérer, sensibiliser, influencer

L’association HOP lutte contre l’obsolescence programmée à travers plusieurs actions.

  • Une campagne de sensibilisation (infographie, articles, ouvrage, conférences, ateliers participatifs, interventions pédagogiques…) pour l’allongement de la durée de vie des produits à l’échelle citoyenne.
  • Des actions de lobbying auprès des industriels et des parlementaires afin de changer les méthodes de production et améliorer les droits des consommateurs. HOP a publié à cet égard un programme d’action publique contre l’obsolescence programmée sur son site Internet.
  • La fédération de tous les acteurs impliqués, notamment autour événements locaux, dans une démarche constructive et positive de promotion des solutions pour une consommation responsable, permettant d’allonger la durée de vie des produits.

 

© Association HOP

 

L’association envisage également des actions juridiques contre des cas d’obsolescence programmée.

 

EN SAVOIR PLUS SUR l’association HOP

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *