Pour une mobilité durable

Par le REFEDD

Réseau français des étudiants pour le développement durable

 

[ CONSTAT ]

Mobilité et risques

Les atteintes de nos déplacements, aussi bien au niveau local, régional que global, sont multiples et couvrent un éventail très large de risques. Une grande partie est liée à la production, la transformation et l’utilisation des ressources énergétiques et aux émissions atmosphériques associées. Au niveau régional ou global par exemple, l’acidification des sols et des végétaux, la diminution de la couche d’ozone ou encore les problèmes liés au réchauffement climatique, focalisent aujourd’hui l’attention des pouvoirs publics et des scientifiques, s’inscrivant au cœur du débat sur l’environnement.

En octobre 2013, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé la pollution de l’air liée aux particules extérieures comme cancérogène pour l’homme. Les polluants atmosphériques, et en particulier les particules, représentent un enjeu sanitaire majeur. Selon l’OMS, la pollution par les particules fines est à l’origine de 6% des décès prématurés en France en moyenne, dont la moitié est attribuée aux émissions du trafic routier. Les dernières données scientifiques renforcent encore le lien entre la pollution de l’air extérieur et des pathologies respiratoires et cardiovasculaires.

Le dioxyde d’azote (NO2) et l’ozone (O3) s’avèrent également toxiques pour l’homme et ont des effets néfastes sur les écosystèmes. Les coûts de la pollution (décès prématurés, bronchites chroniques, etc.) représentent chaque année 101,3 milliards d’euros en France.

 

[ ENJEUX ]

Pour une mobilité durable et positive

La mobilité, l’une des composantes essentielles de l’émergence de villes (et de campus !) durables est à la croisée de plusieurs enjeux, à la fois environnementaux, économiques et sociaux :

Enjeux environnementaux : en 2013, le secteur des transports est le premier émetteur de CO2  en  France,  avec  27,6%  des  émissions  nationales.  Les  enjeux  sont particulièrement importants pour le transport routier qui représente à lui seul près de 92% des émissions du secteur des transports. À cela s’ajoute la perte de biodiversité, l’épuisement des matières premières et d’énergies non renouvelables.

Enjeux économiques : la prépondérance du pétrole est toujours d’actualité. 80 % des conducteurs français roulent seuls dans leur voiture.

Enjeux sociaux : l’accès à l’emploi et aux services, en tout point du territoire, passe par une mobilité efficace et efficiente. Les nuisances liées aux transports – pollution, congestion, bruit, stress – ont également des conséquences sur la santé.

 

Le cas des campus

Les établissements d’enseignement supérieur français abritent près de 2 400 000 étudiants, ce qui, ajouté au nombre d’enseignants et personnels administratifs, génère chaque année des déplacements considérables. La mobilité est donc un enjeu majeur des politiques de développement durable adoptées par les universités et écoles françaises.

La mobilité, facteur économique, social, et d’attractivité majeur pour les campus, est souvent dans les premiers postes d’émissions de gaz à effet de serre.

Comment améliorer les déplacements des étudiants, des professeurs, du personnel, des fournisseurs et des visiteurs sur les campus ? Quelles solutions de transport peuvent être déployées pour réduire le recours à la voiture ? Où trouver des outils pour gérer  la mobilité des établissements ? Autant  de questions qui se posent lorsque les campus envisagent ce type de projet.

Nous l’avons vu, nos déplacements consomment beaucoup d’énergie, émettent beaucoup de polluants, génèrent beaucoup de congestion urbaine et d’accidents et présentent un caractère exclusif à l’égard des fractions les plus précaires de la société.

Les transports publics, le vélo, la marche et l’ensemble des modes de déplacements “actifs” apparaissent comme des solutions alternatives au “tout voiture”. Ensemble, ces choix modaux constituent le contexte de référence du principe de mobilité durable et leurs articulations est sûrement un des enjeux de demain.

Pour développer une mobilité plus durable et plus soutenable chez les étudiants, il est nécessaire :

  • de rappeler l’enjeu que représentent les déplacements dans le cadre des objectifs de diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES).
  • d’informer sur les moyens de transport pouvant remplacer la voiture particulière tels que le train ou les transports en commun et l’ensemble des pratiques intermodales.
  • de sensibiliser aux modes de déplacement plus alternatifs et innovants tels que l’auto-partage, le covoiturage, etc.

La mise en place de solutions de mobilité durable permet donc à la fois de diminuer la dépendance à la voiture, les impacts néfastes de cette dernière et, par là-même, combattre fortement l’exclusion qui la caractérise.

[ Solutions ]

Des alternatives existent

Le principe fondamental de la mobilité durable est de limiter l’usage de la voiture individuelle lors des déplacements par l’adoption de moyen de transports alternatifs.

Sur cette question, le monde associatif étudiant est force de propositions et d’actions depuis de nombreuses années. En responsabilisant les étudiants pour une mobilité plus durable avec des solutions qui existent déjà (et qui fonctionnent !), de nombreuses associations participent à la construction d’un monde meilleur.

Découvrir ci-dessous une vidéo de présentation du Plan de Déplacements Campus, développé parle REFEDD :

→ Focus sur VéloCampus du Lion, l’association qui vous met au vélo :

VéloCampus du Lion est une association loi 1901 créée en 2008 à l’IUT de Belfort-Montbéliard (90). La mission principale de Vélocampus du Lion est de promouvoir l’éco-mobilité auprès des étudiants et personnels du campus universitaire. Pour cela, l’association loue des vélos aux étudiants à des prix très abordables. Prendre le vélo s’inscrit-là dans un processus d’amélioration de la santé individuelle et collective.

Également vecteur de connaissances et de valeurs, l’association assure un service de réparation gratuit et formateur et organise des actions de sensibilisation à l’écocitoyenneté et au développement durable.


© VéloCampus du Lion

 

EN SAVOIR PLUS SUR LE REFEDD

 

Télécharger la contribution au format PDF

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *