Valoriser le parcours des expatriés solidaires

Par la CLONG-Volontariat

[ CONSTAT ]

Des parcours professionnels ouverts sur le monde

Chaque année, de nombreux expatriés solidaires [1], dont environ 500 Volontaires de Solidarité Internationale, décident de faire le « grand saut » du retour en France. Après plusieurs mois et même années dans un autre pays à agir pour des missions de solidarité internationale, ces expatriés rentrent riches d’expériences professionnelles et humaines. Tout au long de leur expatriation, ils ont pu acquérir « les fameuses soft skills, ces qualités humaines et relationnelles qui intéressent tant les recruteurs » [2] : écoute, pédagogie, empathie, adaptabilité, créativité, gestion du stress, esprit critique, conscience sociale et citoyenne, ouverture sur le monde, etc.

Pour autant, le retour à la réalité du marché du travail français fait parfois l’effet d’une douche froide car l’expérience internationale est encore trop peu reconnue comme une expérience formative.

Comme le souligne Hélène Conway-Mouret, Sénatrice des Français établis hors de France, dans son rapport « Le retour en France des Français de l’étranger » de 2015 : « la « diabolisation » et la stigmatisation dont les Français de l’étranger sont les cibles relèvent d’une méconnaissance de cette communauté hétérogène et reposent sur des clichés d’une autre époque ; celle de la colonisation et des expatriés aux nombreux privilèges ».

Cette perception est d’autant plus exacerbée lorsqu’il est question du secteur de la solidarité internationale et de l’humanitaire, auquel sont associées les idées de sous-salariat, de fuite en avant, d’instabilité professionnelle. Le secteur serait encore en quête d’une légitimité pourtant déjà acquise eu égard au nombre d’enquêtes, d’études et de rapports publiés et ayant tous pour même constat qu’une mission de solidarité internationale représente un moment de vie important où de nouvelles capacités tant professionnelles que personnelles sont développées, acquises et intégrées et qui se répercutent dans la vie personnelle, professionnelle et citoyenne des expatriés solidaires.

[ ENJEUX ]

Des parcours indispensables à la construction d’une société innovante et solidaire

Dans un contexte où les frontières sont fluctuantes, où de nombreux pays font face à une crise migratoire sans précédent, où il est urgent de réinventer un modèle de société plus humain, solidaire et socialement innovant, la valorisation dans le domaine professionnel comme dans l’espace social des parcours des expatriés solidaires à leur retour constitue un levier majeur pour l’impulsion d’une mutation sociétale.

À leur retour d’expatriation, les individus s’investissent particulièrement dans les secteurs sanitaire et social, l’agriculture et l’environnement, la formation et l’éducation, la solidarité internationale [3], où ils vont au quotidien réinvestir les acquis de leur expérience. Plus riches individuellement, avec un sens plus aigu des relations humaines, en s’impliquant sur leur territoire, où ils représentent potentiellement un facteur essentiel d’amélioration de la cohésion sociale et de lutte contre les exclusions.

Une des grandes valeurs ajoutées de leurs expériences réside également dans leur capacité d’innovation sociale quotidienne qu’ils ont dû développer sur leur terrain pour s’adapter à des contextes particuliers, des situations sociales, économique et politiques souvent complexes et tendues, des moyens défaillants, etc. Une innovation incluant des techniques et méthodes nouvelles dont ils s’inspirent à leur retour.

À la lumière de ces éléments il apparaît primordial de présenter et de représenter ces profils et parcours atypiques auprès des acteurs socioéconomiques français (administration, employeur, centre de formation, élus, association…).

[ SOLUTIONS ]

Valoriser l’expérience de l’expatriation solidaire pour construire une société innovante et inclusive

Le CLONG-Volontariat investit sur l’avenir à travers la mise en place d’actions de valorisation de ces expériences plurielles et riches de sens

Cette valorisation  s’opère à deux niveaux :

  • pour l’individu, qui par la relecture de son expérience prend conscience de ses acquis personnels, professionnels et citoyens ;
  • pour la société, qui bénéficie de cette expérience à travers l’implication et les témoignages des expatriés solidaires de retour.

La valorisation individuelle du parcours et de l’expérience se fait grâce à un processus d’accompagnement personnalisé au plus proche des besoins de l’expatrié solidaire tout au long de sa mission. La préparation au départ et la relecture de l’expérience sont des périodes clefs de cet accompagnement. L’objectif étant d’aider l’individu à identifier et structurer les compétences et les qualités acquises tout au long de son expérience dans le but de renforcer son intégration socioprofessionnelle dans une dynamique de retour en France.

À ce titre, le CLONG-Volontariat, en s’appuyant sur l’expertise et les activités de ses associations membres, produit un guide d’accompagnement au retour destiné aux expatriés solidaires.

Au niveau national, le CLONG-Volontariat promeut la richesse des parcours solidaires à travers un travail de recherche sur l’impact de l’expatriation en solidarité internationale sur les territoires des pays d’accueil et d’origine. Ce travail est indissociable de l’accompagnement individuel afin de donner du corps à l’engagement de ces femmes et de ces hommes pour la construction d’une société mondiale plus inclusive et solidaire.

 

EN SAVOIR PLUS SUR le clong-volontariat

 


[1] Toute personne ayant été engagée dans une mission de solidarité internationale quelque soit le statut, volontaire ou salarié.

[2] Article « Une mission solidaire à l’étranger : l’expérience qui transforme », Le Monde, Hélène Seingier, 23 mars 2017.

[3] « Le volontariat solidaire à l’international. Une expérience formative à l’épreuve des parcours professionnels », thèse de doctorat de sciences de l’éducation, Céline Leroux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *